Chers lecteurs, je partage avec vous cet article du Parisien

bonne lecture!

La gastronomie française, patrimoine de l'Humanité

16.11.2010, 14h24 | Mise à jour : 20h06

Au même titre que le Mont-Saint-Michel ou le château de Versailles, le «repas gastronomique des Français» appartient désormais au patrimoine de l'Humanité. Le comité intergouvernemental de l'Unesco réuni à Nairobi (Kenya) a statué favorablement mardi sur la demande en ce sens déposée par la .

Le pain d'épices du nord de la Croatie et la cuisine traditionnelle mexicaine ont également décroché le label de l'organe de l'ONU chargé de la culture et de l' qui couronne pour la première fois des gastronomies. 

La cuisine française, mais aussi le compagnonnage et la dentelle au point d'Alençon - autres dossiers présentés par - rejoignent la liste du «patrimoine culturel immatériel de l'Humanité», une catégorie instituée en 2003 pour protéger les cultures et traditions populaires. Cette liste comprend 178 pratiques culturelles ou savoir-faire traditionnels. Les sites et monuments -aujourd'hui au nombre de 911 - font, eux, l'objet d'une précédente convention en signée en 1972.

Rituels et présentation

Le repas gastronomique à la française inclut les mets ainsi que les rituels et la présentation qui les entourent. Dans sa décision, le comité note que cette gastronomie relève d'une «pratique sociale coutumière destinée à célébrer les moments les plus importants de la vie des individus et des groupes».

«Les Français aiment se retrouver, bien boire et bien manger, et célébrer un bon moment de cette façon. C'est une partie de nos traditions et une tradition bien vivante», avait plaidé en séance l'ambassadrice de France auprès de l'Unesco, Catherine Colonna. Elle s'est par la suite félicitée de cette décision qui «contribue à la diversité culturelle».

Risques d'usage commercial du logo ?

La France a fait le forcing, a-t-on appris de sources concordantes, pour décrocher un label qui n'allait pas de soi. «Nous avons eu une longue discussion sur ce dossier spécifique», a relevé la présidente du comité chargé d'examiner les candidatures, Kristin Kuutma, évoquant notamment le risque d'usage abusif du label de l'Unesco à des fins commerciales.

«Il reviendra au comité de maintenir une surveillance de l'usage du logo» de l'Unesco, a-t-elle averti en séance, faisant écho aux préoccupations d'un délégué japonais qui avait demandé si les restaurants français de luxe installés au Japon pourraient désormais afficher sur leur vitrine l'emblème de l'institution internationale. «La France aura à coeur d'appliquer pleinement l'esprit et la lettre de la Convention» sur le patrimoine immatériel, a assuré Mme Colonna.

50 pratiques retenues

Le comité du patrimoine mondial de l'Unesco est composé de représentants de 21 Etats, désignés par l'assemblée générale de l'institution pour un mandat de 6 ans maximum. Le comité devait examiner 51 dossiers lors de cette session, la deuxième du genre, et en a finalement accepté 50 dont lux fêtes de Giong des temples de Phu Dong et de Soc au Vietnam, l'art du tapis en Azerbaïdjan, l'acupuncture chinoise, le flamenco espagnol, le carnaval d'Alost en Belgique, la musique marimba en Colombie, le théâtre traditionnel musical d'Okinawa au Japon, la fauconnerie (candidature collective de onze pays) ou le festival de lutte d'hommes enduits d'huile à Kirkpinar (Turquie).